Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:15

Il y a du vert à profusion à cette saison.
Surtout quand la pluie vient arroser la terre
après des journées douces et ensoleillées.



"Tout ce vert ne s'amasse pas, mais tremble et brille,
comme on voit le rideau ruisselant des fontaines
sensible au moindre courant d'air, et tout en haut
de l'arbre, il semble qu'un essaim se soit posé
d'abeilles bourdonnant ; paysage léger
où des oiseaux jamais visibles nous appellent,
des voix, déracinées comme des graines, et toi
avec tes mêches retombant sur des yeux clairs."


Philippe Jaccottet.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 18:23
Dans son ouvrage Avec l'Intime, dont j'ai déjà parlé récemment ici, Frank Andriat consacre tout un chapitre à une méditation sur les fleurs.

"Les fleurs sont le symbole de la vie fragile que j'offre autour de moi. A celles et ceux qui me donnent de la vie, de l'envie, du bonheur. La plus belle fleur est le coquelicot parce que le coquelicot meurt à peine coupé de la source de la vie. Le coquelicot dit l'Intime avec la ferveur de son rouge et il fleurit dans les terres labourées, comme l'Intime pousse dans les coeurs retournés. Si je suis sûr de moi et enfermé dans mes certitudes, mon coeur devient pierre et perd la souplesse de la glaise qui respire. Comme l'Intime, le coquelicot a besoin d'une terre pour s'épanouir. L'Intime n'a qu'une seule terre où chanter son Tu ailé et cette terre, c'est moi."


Partager cet article

Repost0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 18:21
Découverte fortuite.
Heureuse surprise.
Soirée de concert à Tréguier.

Son répertoire est plein de poésie.
Sa voix est empreinte de douceur
et de force à la fois.
Une voix de soie,
une voix de velours
accompagnée par sa harpe celtique.

Elle habite la Bretagne depuis quelques années
et chante sa Grèce natale,
les liens ancestraux,
au travers de ses propres compositions.

C'est elle, 
Elisa Vellia, qui a fait résonner cette ancienne église transformée en salle de spectacle.

Partager cet article

Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 09:11
Une découverte littéraire de plus,
au cours de ces vacances.
Une méditation sur cette voix qui frémit en chacun de nous.
Une méditation sur l'intime.

Au travers de son ouvrage intitulé Avec l'Intime, Frank Andriat nous invite à mieux écouter cet intime qui parle à notre coeur, malgré les bruits du monde.
Cet intime, certains l'appelleront Vie, Energie, Dieu...

"Parler de l'Intime, c'est parler de l'intérieur, c'est se laisser guider par les mots du coeur et peindre avec eux un tableau qui tente, le mieux possible, d'approcher la réalité d'une expérience silencieuse. Lorsque je me tais enfin, lorsque j'écoute le silence en moi, celui-ci peut devenir parole et m'ouvrir à des espaces que, d'habitude, perdu au milieu des bruits et des distractions de la vie quotidienne, je n'appréhende pas, dont, souvent, je n'ai même pas conscience."

C'est par ces mots que Frank Andriat nous invite à plonger dans ce très beau texte paru en mars dernier aux éditions Desclée de Brouwer, dans la collection Littérature ouverte. A ne manquer sous aucun prétexte !

Frank Andriat est un auteur belge, qui a déjà écrit de nombreux romans pour les adolescents.


Partager cet article

Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 18:40


Sac. Ressac.
La mer s'est progressivement retirée
laissant place aux rochers et au sable.
Le paysage a changé de couleur.
L'ocre et les bruns de l'estran
ont remplacé le bleu de l'eau.
Apparente banalité.
Apparente seulement.
Parce que quand on y regarde de plus près,
on y découvre mille et unes merveilles.
Des algues marron, vertes, blanches.
Des crabes et des coquillages de toutes sortes
faisant le bonheur des goélands et des aigrettes.
L'apparente banalité s'est transformée
en une véritable panoplie de faune et flore.

"Le véritable voyage de découverte
ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages
mais à avoir de nouveaux yeux."
Marcel Proust.

Partager cet article

Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 19:09
Marée haute.
La mer a recouvert l'estran.

Calme et sérénité dans l'anse de Pellinec,
blottie au coeur de la Côte de granit rose,
loin de l'affluence touristique des mois d'été.

Un petit coin de paradis sur terre.
Propice à la rêverie.

"On rêve trop souvent les yeux fermés,
il faudrait plutôt rêver les yeux ouverts."
écrit Mike Horn.

Et j'en ai profité
pour faire le plein de rêves,
les yeux grands ouverts.

Partager cet article

Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 18:11
J'en ai passé, de longs moments,
à contempler le flux et le reflux
de cette masse immense.
Masse presque plane à certains moments,
tant le temps était serein.
Bleu marine, certes.
Mais un bleu qui vire
au gré de la lumière, de la marée, de la position du soleil.
D'un bleu sombre, presque gris,
en passant par toute la gamme des bleus
pour terminer vers le turquoise, alors qu'elle laisse paraître les fonds sableux une fois qu'elle se retire.

J'ai passé de longs moments,
à me faire caresser par les doux rayons du soleil,
et à tourner les pages des nombreux livres que j'avais emmenés. Parmi ceux-ci, un recueil poétique, paru en format de poche chez Gallimard, dont je vous avais déjà parlé iciUne histoire de bleu, de
Jean-Michel Maulpoix, dont voici un extrait :

L'un d'entre nous parfois se tient debout près de la mer.

Il demeure là longtemps, fixant le bleu, immobile et raide comme dans une église, ne sachant rien de ce qui pèse sur ses épaules et le retient, si frêle, médusé par le large. Il se souvient peut-être de ce qui n'a jamais eu lieu. Il traverse à la nage sa propre vie. Il palpe ses contours. Il explore ses lointains. Il laisse en lui se déplier la mer : elle croît à la mesure de son désir, cogne comme un bâton d'aveugle, et le conduit sans hâte là où le ciel a seul le dernier mot, où personne ne peut plus rien dire, où nulle touffe d'herbe, nulle idée ne pousse, où la tête rend un son creux après avoir craché son âme.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 17:44


Je n'avais pas disparu.
J'étais simplement là.
A goûter le bleu du ciel
et boire le bleu de la mer.

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 17:00

Il y a, dans le Nouveau Testament, un très beau texte, appelé l'Evangile des Béatitudes. En voici une version revisitée par un contemporain, Pierre Jacob.

Heureux les pauvres,

Pas les fauchés

Mais ceux dont le cœur est libre.

Heureux ceux qui pleurent

Pas ceux qui pleurnichent

Mais ceux qui crient.

Heureux les doux

Pas les mous

Mais les patients et les tolérants.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice

Pas ceux qui braillent

Mais ceux qui luttent.

Heureux les miséricordieux

Pas ceux qui oublient

Mais ceux qui pardonnent.

Heureux les cœurs purs

Pas ceux qui font les anges

Mais ceux dont la vie est transparente.

Heureux les pacifiques

Pas ceux qui éludent les conflits

Mais ceux qui les affrontent.

Heureux les persécutés pour la justice

Non parce qu'ils souffrent

Mais parce qu'ils aiment.

 

Partager cet article

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 07:47

 

Découvrir l'inattendu.
Découvrir l'insolite.
Découvrir le peu ordinaire.
Découvrir le bonheur.


"Chaque instant est bonheur
à qui est capable de le voir comme tel."

Henry Milles

Partager cet article

Repost0

  • : Le blog de Naline
  • : "La beauté n'est pas le joli, elle est le vivant. Est beau ce qui est vivant, ce qui jaillit de la vie, ce qui honore la vie. Au coeur de notre quotidien, tout est sujet à émerveillement et à gratitude. Faire l'expérience de la beauté nous agrandit, ouvre notre coeur à la joie, nous libère du mental et du négatif." Dans ce blog, je fais miennes ces paroles de Brigitte Sénéca.
  • Contact

Recherche

Catégories