Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 20:42


Trois réverbères...
Pourtant, il n'y en existe qu'un seul !

Photo prise ce dimanche,
en pleine matinée ensoleillée d'hiver.

Ambiance surréaliste.

Que peut-il bien se passer derrière ce mur ?
Un indice... qui a peint ce type d'ambiances surréalistes ?

Magritte, pardi.
Célèbre peintre belge,
mais aussi un des dix peintres les plus célèbres du monde, semble-t-il..

Derrière ce mur, qui n'est en fait qu'une immense toile,
se prépare le tout nouveau Musée Magritte.
Ouverture le 9 juin prochain.

Rendez-vous ici dans quelques mois,
une fois que j'en aurai fait la découverte.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 21:53

Dans le grand hall du Musée des Beaux-arts de Bruxelles trône une grande sphère.
Elle scintille de mille nuances vertes et bleues sous la verrière du musée.
Etrange objet...
Objet d'art,
d'une taille imposante, supérieure à celle d'un homme,

reposant sur un élégant socle métallique.

 

Une mappemonde de notre terre ?
D'une autre planète ?
Une simple sphère ?
Qu'importe.

Plus on s'approche, plus on est frappé par la multitudes de nuances auxquelles s'ajoutent de l'orangé et du mordoré.

A quelques pas, on découvre qu'il s'agit de milliers de scarabées,
étonantes bestioles de toutes tailles,
collées les unes aux autres.

Etonnante réalisation.
Intitulée "Le Globe",
elle est l'oeuvre de Jan Fabre,
un artiste belge contemporain
exposé récemment dans les salles du Louvre.

Quel étonnant contraste
avec ces scupltures de marbre ou de bronze
qui ornent ce majesteux hall d'entrée.



Partager cet article

Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 19:06

Une ville est une source inépuisable de découvertes,
petites ou grandes.

Bruxelles ne constitue pas d'exception.


Je vous emmène Montagne de la Cour, sur la colline à côté de la Grand'Place.



Une tourelle élégante surmonte un superbe bâtiment Art nouveau.

 

Construit en 1899 par l'architecte Paul Saintenoy,
il abritait le célèbre magasin "Old England",
jusqu'à la fin des années 70 si je ne me trompe...

 

Restauré, cet édifice accueille aujourd'hui ce que les bruxellois connaissent sous le nom de MIM,

c'est-à-dire le musée des instruments de musique.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 11:32

Il y en a qui hier ont pris un bol d'air,
moi, j'ai pris un grand bol d'art.

Mes pas m'ont menée au Musée des Beaux-Arts, pour découvrir la magnifique exposition Cobra, organisée dans le cadre du 60e anniversaire de ce mouvement créé en 1948 par des artistes de Copenhage, Bruxelles et Amsterdam.

Sur le site de l'expo, une video vous permet d'apercevoir quelques oeuvres et d'en savoir un peu plus sur ce mouvement pictural.

La photo ci-contre est une oeuvre à quatre mains, du belge Dotremont et du danois Asger Jorn, mêlant peinture et écriture.

"Notre expérimentation cherche à laisser s'exprimer la pensée spontanément, hors de tout contrôle de la raison.

Par le moyen de cette spontanéité irrationnelle, nous atteignons la source vitale de l'être.
Notre but est d'échapper au règne de la raison, qui n'a été, qui n'est encore autre chose que le règne idéalisé de la bourgeoisie, pour aboutir au règne de la vie."
Asger Jorn, Discours aux pingouins, Cobra, 1949.

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 19:17

La soirée était belle et douce.
Propice à un beau moment de lecture.
Je me suis bien installée, avec un fond musical
fait de légèreté et de sérénité.

Et je me suis laissé porter par la légèreté de la neige,
par sa blancheur immaculée,
par les haïkus,
par cette écriture épurée et sans frioritures inutiles.
Je me suis laissé emporter par cette quête d'absolu,
d'amour de la vie et du beau.

Il n'y a plus de neige, me direz-vous !
Il n'y a que "du blanc à songer" comme aurait dit Rimbaud.

J'étais tout simplement plongée dans le délicieux ouvrage, signé Maxence Fermine, intitulé Neige, ce roman poétique qui se passe dans le Japon du XIXe siècle.

Si vous ne connaissez pas ce petit livre, je vous le recommande chaudement ! L'écriture est belle comme un cristal de neige et légère comme un flocon. En voici un avant-goût, extrait des premières pages de ce recueil qui se lit en une soirée !

(...) Un matin, le bruit du pot d'eau qui éclate dans la tête fait germer une goutte de poésie, réveille l'âme et lui confère sa beauté.  C'est le moment de dire l'indiscible. C'est le moment de voyager sans bouger. C'est le moment de devenir poète.

Ne rien enjoliver. Ne pas parler. Regarder et écrire. En peu de mots. Dix-sept syllabes. Un haïku.

Un matin, on se réveille. Il est temps de se retirer du monde pour mieux s'en étonner.

Un matin, on prend le temps de se regarder vivre. (...)

A vous qui passez par ici, régulièrement ou par hasard, je vous souhaite de délicieux moments, aussi délicieux que ceux que j'ai passés en savourant ces pages !

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 19:17
Ma soeurette, de passage ici, m'a gentiment signalé que le texte que j'avais publié n'était pas de Pablo Neruda. Ceci n'enlève bien sûr rien à la beauté des mots et de leur signification. Mais je me dois de rendre à César ce qui appartient à César et à Martha Medeiros ce qui lui appartient !

Il semblerait que l'erreur ait été commise avant moi... en public de surcroît, par un Italien du nom de Clemente Mastella, leader des démocrates pour l'Europe. C'est lui qui a erronément attribué ce texte à Neruda.

L'auteur est une brésilienne, Martha Medeiros, qui a été chroniqueuse du journal Hora Zero de Porto Alegre.

Désolée, Madame Medeiros... j'espère que vous ne m'en voudrez pas.
Merci, Jo, pour ta vigilance et la précision de ta rectification !



Partager cet article

Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:00

Le hasard a fait que deux de mes amies m'ont envoyé le même texte de Pablo Neruda avec leurs voeux.  Je l'ai lu, relu, et encore lu.  Aussi, je ne résiste pas à la tentation de le partager avec vous qui passerez par ici.

Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n'écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.
Il meurt lentement celui qui détruit son amour propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement celui qui devient esclave de l'habitude,
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
ou qui ne parle jamais à un inconnu.
Il meurt lentement celui qui évite la passion et son tourbillon d'émotions,
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés.
Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie, n'a fui les conseils sensés.
Vis maintenant !
Risque-toi aujourd'hui.
Agis tout de suite.
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d'être heureux !

Pablo Neruda.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 13:22

Belle découverte que ce CD de quatre concertos de Bach interprétés par David Frey et le Philharmonique de chambre de Brème.

Ce jeune pianiste français joue à merveille ces oeuvres de ce grand compositeur qu'est Bach, avec fougue et passion, mais aussi tout en nuance.

Un beau moment de musique !

Et si vous en voulez un petit avant-goût d'une dizaine de minutes, je vous invite à voir et écouter la video publiée sur YouTube qui montre David Frey commentant son interprétation et en répétition avec l'orchestre.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 20:58

La photo ci-contre n'est pas une de celles qui sort de mon appareil. C'est l'oeuvre du photographe Coréen Bae Bien-U.

Une partie de ses photographies est exposée dans le cadre du festival "Made in Korea". Grands formats, il s'agit principalement de photos de troncs de pins, un arbre apparemment commun en Corée.

Poétiques, chimériques, sereines ou parfois quelque peu inquiétantes, ces photographies ont quelque chose d'envoûtant pour celles et ceux qui se laissent toucher par les arbres.

Sacred wood est une exposition qui se tient également jusqu'au 18 janvier au Palais des Beaux-Arts (Bozar). 

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 19:12

Petite escapade "entre l'heure du midi" comme on dit chez nous... parenthèse entre deux réunions pour découvrir - avant qu'elle ne ferme ses portes - l'exposition organisée par BozarExpo, intitulée "Le sourire de Bouddha" et organisée en association avec le National Museum of Korea.


Dans les magnifiques salles du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, sont exposées de nombreuses oeuvres, majestueuses ou toutes petites - mais toutes d'un extrême rafinement -  retraçant l'art bouddhique en Corée.  Bouddhas et bodhisattvas, peintures sur soie, céramiques, bijoux... un regard intéressant sur cette grande tradition asiatique. Une histoire apparemment tissée d'influences diverses, que je ne connaissais pas jusqu'à il y a quelques heures d'ici.

En cliquant ici, vous aurez un aperçu de quelques pièces qui font partie de l'exposition. Si le coeur vous en dit, dépêchez-vous : après le 18 janvier, ce sera trop tard...

Partager cet article

Repost0

  • : Le blog de Naline
  • : "La beauté n'est pas le joli, elle est le vivant. Est beau ce qui est vivant, ce qui jaillit de la vie, ce qui honore la vie. Au coeur de notre quotidien, tout est sujet à émerveillement et à gratitude. Faire l'expérience de la beauté nous agrandit, ouvre notre coeur à la joie, nous libère du mental et du négatif." Dans ce blog, je fais miennes ces paroles de Brigitte Sénéca.
  • Contact

Recherche

Catégories