Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 18:31

Parfois, la pluie peut être poésie...

 

 hurtebise.jpg

 

 

La poésie n'est pas faite que de mots, mais de la voix qui ne s'entend pas, sinon par cette inflexion inimitable, cette durée propre qui façonnent la parole autour du silence à l'intérieur, come le coeur vaste au centre du corps, l'enveloppe plus transparente que jamais.

Croire que le réel ne s'arrête pas à ce qu'il montre, croire qu'une lueur se lève au-delà des apparences immédiates, un jour qui ne se dévoile qu'en traversant les choses, en y ouvrant des chemins intérieurs : la poésie est aussi un acte de foi. Parce que la vie est mouvement, le sentiment de la présence naît de ce qui nous échappe. Toute la substance de l'éternel tient dans la fuite, l'impondérable, l'éphémère. Aussi la poésie commence-t-elle quand les mots défaillent pour ainsi dire, s'ouvrant comme des fruits mûrs, dégageant quelque chose entre matière et lumière, esprit né de la chair, chair de l'esprit ou chair traversée, parcourue d'une clarté d'âme, mais dans l'instant seul du poème, pour nous échapper aussitôt et se refermer sur des réalités plus étroites et plus durables.

 

Philippe Mac Leod, Sens et beauté.

 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 09:18

pissenlit2.jpg

 

Chercher, d'une certaine manière, c'est déjà avoir trouvé.
On désire quelque chose que l'on connaît déjà, sinon d'où nous en viendrait l'idée ?

Nous avons tous connu des "moments étoilés" dans notre existence qui témoignent quelle que soit l'épaisseur de notre nuit que la lumière existe.

(...)

Chercher-trouver, c'est s'ouvrir davantage à Ce qui - depuis toujours - nous est donné.

 

Jean-Yves Leloup, L'assise et la marche.

 

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 13:03

               reflets1.jpg    reflets4.jpg    reflets3.jpg

 

Ce n'est pas bien raisonnable, mais avoir le courage de quitter le temporel.

Faire confiance à sa nature originelle.

Tous les matins, l'oiseau chante, il babille avec le vent et la lumière.

J'ai besoin de ressaisir ce langage de simplicité première.

Garder l'esprit neuf et vaste de l'enfant

et tenir cette constance dans le temps.

Il est ouvert à tout - vide - prêt à accueillir.

Il y a une richesse intérieure qui se suffit à elle-même.

 

Fabienne Verdier

in Entretien avec Fabienne Verdier, Charles Juliet

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 23:00

labours2.jpg labours1.jpg labours3.jpg

 

 

Labour de printemps.

Diagonale d'espoir.

 

"L'Enfant est venu bouleverser la condition humaine avec le soc d'une parole vive, et ce nécessaire renversement est toujours d'actualité pour que l'humus de l'humanité porte du fruit."

 

Gabriel Ringlet, Et je serai pour vous un enfant laboureur

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 18:07

boutons.jpg

 

Laisser entre nous la distance s'installer, se déposer, se déployer, doucement, comme un vaste repos, une grande respiration, comme le souffle de la mer au matin.

Surtout, s'abstenir de tout mouvement volontaire. Ne pas risquer un mot. Ne pas même remuer l'oeil, de peur de troubler le regard.

Cette distance, la laisser s'animer peu à peu, mais d'elle-même, sans rien ajouter de soi, la laisser s'emplir d'une présence nouvelle, autre, qui n'est pas celle de mon semblable, encore moins la mienne, mais le lien vivant, le lien invisible entre nos deux présences, le seul lien véritable, qui dans le même temps interdit toute confusion, tout amalgame, toute possession.
L'au-delà du désir. D'une incomparable tendresse qui n'exige rien pour elle. Quelque chose comme un infini, nous laissant entrevoir ce que pourrait être la clarté de l'amour.

 

Philippe Mac Leod, Sens et beauté.

 

Partager cet article

Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 19:53

etang.jpg

 

Une échapée le long de "mon" étang, avec mon appareil photo.

La découverte d'un beau livre.

Un grand bol d'air.

Le chant des oiseaux quand le printemps se réveille.

Les Variations Goldberg de Bach interprétées par Zhu Xiao Mei.

Une séance de qi gong.

Une part de Scrabble entre amis (ils se reconnaîtront).

La douceur d'un rayon de soleil.

Un sourire échangé.

Une visite au musée.

 

Ce qui me fait du bien.
Et tant d'autres choses aussi.

 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 19:45

lichens2.jpg

 

 

Puisque l'éternité est notre espérance,

qu'elle soit aussi notre mémoire,

le point d'appui de chaque aujourd'hui.

 

Philippe Mac Leod, Sens et beauté

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:11

hever.jpg

 

Nous ne sommes plus

simplement seuls

pliés sur nos colères

ou nos rancunes.

 

Mais reliés

à plus large

que nous :

 

un appel à être

un appel de l'être

qui est, qui était

et qui vient.

 

Survient alors

ce que nous n'avions pas

entendu

 

une passerelle jetée

vers une autre profondeur

vers un juste bonheur,

 

si nous osions

nous risquer

sur l'autre versant

de nos peurs.

 

C'est sur le sable du non-savoir

Dans l'absolue nudité du croire,

 

Que se tient la Présence

Qui délivre de l'errance.

 

Il suffirait d'un rien

pour goûter à cet éblouissement.

 

Francine Carillo, Vers l'inépuisable

 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 16:00

ombelle.jpg

 

 

 

Restituer au monde la beauté et la profondeur du mystère,

 dans son extrême fragilité,

 son plus clair silence.

 

 

 Nulle polémique,

 nulle prétention à réformer quoi que ce soit ni qui que ce soit :

 sauver, en ouvrant à la vie,

 en exaltant ce qui mérite de l'être.

 

 

Sens et beauté, indissolublement liés.

 

 

 

 Philippe Mac Leod, Sens et beauté

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 13:31

leefdaal.jpg

  Nous sommes au début de l'année. Tout est à reconquérir, à exiger, depuis les eaux du Verseau, jusqu'à l'abondance bleue et verte du solstice d'été ; tout est à créer, car les dernières baies de houx et les derniers fruits de l'églantier sont la proie des oiseaux ; tout est à obtenir, depuis la première pointe verte des perce-neige, jusqu'au mûrissement ultime des nèfles. Le monde, comme un lit vide et froid, attend toutes les conceptions et toutes les naissances. L'air, que vous le touchiez du front, des mains ou des lèvres, a une qualité de nouveauté complète. Ni semences voyageuses, ni pollens subtils, ni ailes invisibles. Rien que cet air qui s'apelle, en épaisseur, l'azur.

 

Marie Gevers, Plaisir des météores ou le Livre des douze mois

 

Partager cet article

Repost0

  • : Le blog de Naline
  • : "La beauté n'est pas le joli, elle est le vivant. Est beau ce qui est vivant, ce qui jaillit de la vie, ce qui honore la vie. Au coeur de notre quotidien, tout est sujet à émerveillement et à gratitude. Faire l'expérience de la beauté nous agrandit, ouvre notre coeur à la joie, nous libère du mental et du négatif." Dans ce blog, je fais miennes ces paroles de Brigitte Sénéca.
  • Contact

Recherche

Catégories