Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 16:39

emotion.JPGE comme émotion,

comme enthousiasme,

comme émerveillement.

 

"L'émotion, c'est l'enthousiasme au sens éthymologique de 'en un souffle divin', c'est-à-dire une aspiration puissante suscitant cette sorte d'émerveillement qui ne laisse pas de place aux commentaires ni aux états d'âme ; il n'y a qu'un suspens où la durée et la situation s'évanouissent.
C'est la lumière sans l'éclairage, la mise en présence sans l'établissement de la relation, le Regard inconditionné qui apporte en lui-même sa propre gratification."

 

Alain Beltzung, Traité du regard

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 19:09

soleil.JPG"Il est des jours de soleil colorés, grisants comme un vin, jusqu'au soir, avec une spiritualité répandue sur tout le paysage.

Ah, garder sur mes cartons un peu de ces splendeurs, de ces moments émouvants qui sont comme les beaux jours du passé, ces instants où l'on voit le monde aussi beau, aussi éternel qu'il apparaissait dans notre enfance !"

 

Paul Surtel

 

A la croisée des chemins, à Port-Blanc, il y a quelques semaines. C'était un beau jour de soleil grisant.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 17:37

marguerit1.JPGmarguerit2.JPGmarguerit3.JPG

 

Même si on se ressemble, même si certains traits sont pareils....

 

Parce que chacun est unique, chacun ressent les choses de manière unique, et fait les choses d'une façon qui lui est propre.

 

"Ce que je ferai ici aura au moins le mérite de ne ressembler à personne, parce que ce sera l'impression de ce que j'aurai ressenti, moi tout seul."

Claude Monet

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 18:08

repere1.JPGrepere3.JPGrepere2.JPG

 

Même si des vagues nous submergent,

même si les vents nous bousculent,

il est crucial de garder ses repères.

 

Surtout, ne pas les perdre de vue.

 

Ce à quoi on croit.
Ce en qui on croit.
Les vrais amis sur lesquels on peut compter.

 

Borne. Balise. Repère.

 

Bornes de la route submersible, qui disparaît à marée haute dans l'anse de Pellinec, entre Port-Blanc et Buguéles (Côtes d'Armor).

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 17:01

bretagne.JPG

 

Les yeux et la tête pleins de belles images

Les poumons oxygénés par l'air du large

Me voici de retour.


Après un séjour breton

Sur la Côte de Granite Rose,

Demain retour au travail...

 

Merci à vous tous qui êtes passés ici durant mon absence et merci aussi à vous qui avez laissé un petit mot.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 10:38

stellaire.JPGEntre

ce que je pense

ce que je veux dire

ce que je crois dire

ce que je dis

ce que vous avez envie d'entendre

ce que vous croyez entendre

ce que vous entendez

ce que vous avez envie de comprendre

ce que vous comprenez,

il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même !

 

Edmond Wells, Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 10:24

epave.JPG"La beauté n'est pas une qualité inhérente aux choses elles-mêmes,

elle existe seulement dans l'esprit qui la contemple,

et chaque esprit perçoit une beauté différente.

Une personne peut même percevoir de la difformité

là ou une autre perçoit une beauté différente."

 

David Hume

 

J'aime la beauté différente de cette vieille épave

échouée au fond de l'anse de Pellinec.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 15:30

Marcher.

Un pas devant l'autre.

Le nez au vent.
Observer et admirer

les sillons fraîchement labourés,

le blé qui lève,

les herbes folles.

 

pole1 pole2 pole3.JPG

 

Mais il y a aussi la marche vers le pôle intérieur.

Voici quelques extraits d'une conversation avec Jean-Louis Etienne, après son retour du Pôle Nord :

 

"(...) J'ai cru que la réponse essentielle à la question que je me osais et que nous nous posons tous sur la raison de notre existence, j'allais la trouver à l'autre bout de la planète, en choisissant volontairement de me mettre dans des situations extrêmes. Il m'a fallu beaucoup de temps pour commencer à percevoir que la réponse n'est ni sur la banquise ni au sommet de l'Himalaya, mais en soi... Plus que le pôle Nord, c'est effectivement sur son pôle intérieur qu'on a commencé à lever le voile. On part un peu pour la gloire et ce qu'on trouve, en fait, c'est l'humilité.

 

A mon retour du pôle Nord, la presse m'a interrogé sur le froid, sur ce que j'ai mangé, le poids de mon traîneau... toutes choses dont je me moquais éperdument; Je savais que le vrai voyage était intérieur, une confrontation sans fard et brutale avec moi-même au travers de ce projet terriblement ambitieux et totalement fou.

 

Le pôle Nord m'avait mis vraiment en face de moi-même ; la notoriété qui a suivi m'a sans doute mené à un cul-de-sac. Je me suis interrogé : à quoi bon faire le héros face à des gens qui, sûrement, ont un héroïsme au quotidien plus compliqué que le mien. L'intéressant n'est pas le héros, mais l'humain qui se cache derrière lui et derrière tous nos masques. Ce que je pouvais apporter aux autres, ce n'était pas une image de réussite sur papier glacé mais une expérience humaine avec ses misères, ses grandeurs et surtout ses interrogations fondamentales sur la vie.

 

Notre vérité, notre désir le plus profond est sans cesse "zappé" par la vie que nous menons, par le métier, la course à la réussite, les médias qui offrent sans cesse des moyens de plus en plus puissants de nous fuir, d'oublier le rendrez-vous que nous devons avoir avec nous-même.

Nous ne prenons plus le temps de l'arrêt, de l'apaisement, le temps de la solitude choisie où, enfin, nous pouvons nous interroger, nous poser la question de savoir si nous sommes sur la bonne voie, si la vie que nous menons est véritablement en accord avec ce que nous sommes et si elle est bien accrochée à l'essentiel.

 

Retrouver sa propre fragilité est une richesse humaine. L'accepter, c'est, je crois, une ouverture du coeur.  Si je me sais fragile, je me mets en position de pouvoir rencontrer l'autre et l'aimer.

 

La question de l'existence de Dieu est devenue pour moi incontournable. Je cherche sa trace, je crois qu'elle est comme une empreinte dans nos vies. Mon chemin escarpé et non balisé vers Dieu passe aujourd'hui par la nécessité de faire en soi silence. Car je crois que Dieu ne parle bien que si nous savons réellement nous taire pour l'écouter. Je crois aussi que de notre silence intérieur dépend de l'apaisement du chaos du monde : notre paix intérieure peut être contagieuse. Sans doute, notre monde contemporain déboussolé a-t-il un énorme besoin de suivre la lanterne que portent dans leur dos, pour nous éclairer le chemin, les aventuriers de l'âme. Des hommes et des femmes qui viennent redonner du relief à l'essentiel.

 

L'aventure est devenue pour moi intérieure. C'est mon chemin vers le bonheur et vers l'amour."

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 13:19

La lumière est revenue.
La douceur aussi.
La campagne brabançonne est belle dans ses habits de printemps.

 

 nodebais2 nodebais

 

 A la croisée des chemins, une humble chapelle invite les promeneurs à s'y arrêter.

C'est là, sous le tilleul, que Max van der Linden, le célèbre céramiste belge, a décoré les murs et l'autel d'une oeuvre dédiée à Notre-Dame.

 

vdlinden1.JPG

vdlinden2.JPG

 

 "Reine de toute beauté, cette chapelle, construite par ceux dont ici je suis né, j'aurais voulu avoir le temps et le talent de la parfaire à l'image de votre splendeur. Ce reflet de la vie inaltérable, vous savez comment, depuis toujours, nous essayons de l'évoquer par les mots, les sons, les lignes, les couleurs, y balbutiant notre angoisse, notre espérance.

Acceptez, Notre-Dame, l'oeuvre modeste de cette chapelle, ou dans l'humble terre cuite, je vous ai racontée. Puisse en ces murs, perpétuellement mon admiration vous être redite. Parmi ces gens et ces choses que j'ai tant aimés, et pour eux, je voudrais, Notre-Dame, que ma prière éternellement continue ici à s'élever vers vous."

 

Max van der Linden.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 19:31

vie.JPG"(...) Etre en vie, respirer tout simplement, voilà un miracle de chaque instant auquel nous nous accoutumons et que nous finissons par dédaigner. C'est un sentiment profond, non pas primaire, d'accorder de la valeur à la vie, de l'approuver, de lui faire confiance (...)."

 

Jacqueline Kelen, Inventaire vagabond du bonheur

 

Et c'est surtout quand la vie disparaît autour de nous, qu'on se se rappelle ce miracle et qu'on se rend compte à quelle point elle est précieuse.

 

Et parfois, il y en a qui partent bien trop tôt. Beaucoup trop tôt.
Il y a déjà un an, c'était Hadrien. Il y a quelque quatre mois, c'était Eglantine, ma nièce chérie. Il y a quelques jours, Fabi, la grande copine de ma copine Soph.

Mais la vie est là pour nous rappeler que la vie continue. Douces pensées pour Clémence et son papa, pour Antoine et son papa et pour tous ceux qui les aiment.

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de Naline
  • : "La beauté n'est pas le joli, elle est le vivant. Est beau ce qui est vivant, ce qui jaillit de la vie, ce qui honore la vie. Au coeur de notre quotidien, tout est sujet à émerveillement et à gratitude. Faire l'expérience de la beauté nous agrandit, ouvre notre coeur à la joie, nous libère du mental et du négatif." Dans ce blog, je fais miennes ces paroles de Brigitte Sénéca.
  • Contact

Recherche

Catégories